Productions : Drac Nord-Pas-de-Calais, Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais, La Ferme du Buisson, scène nationale, Festival Temps d’Image Arte, Festival d’Avignon, 25e heure

À travers Et si Cendrillon n’avait pas existé, Fanny Bouyagui poursuit son travail d’appropriation – une adaptation libre du conte de Cendrillon en 4 actes simultanés.

C’est un conte moderne sur la violence des images et des modèles esthétiques imposés par la pub. Un royaume où la beauté, taillée à coup de scalpel et sa soeur jumelle «jeunesse » sont reines... Dans ce monde bombardé d’images, les icônes marketing créent de nouvelles aliénations. 4 filles, de l’adolescence à la quarantaine. À chacune ses obsessions, ses attentes : connexion perpétuelle / MSN / téléphone portable, fringues, corps, peur du temps qui passe, attente du prince charmant, séduction – solitude ?

Les écrans vidéo se font écho de leur état intérieur. L’environnement sonore rythme leurs gestes. Ils sont codifiés jusqu’à la caricature, à la limite du grotesque...

À la fin, la morale du conte est cynique et froide.